A Rennes, le numérique s’ouvre au handicap

publié le dans la catégorie Actualités

Aujourd’hui avait lieu la rencontre Handicap et Numérique. S’y sont croisés professionnels du secteur, organismes de formations et personnes en situation de handicap cherchant une reconversion. Reportage.

Ce mercredi matin, c’est l’effervescence dans le hall de Rennes Métropole pour le rendez-vous Handicap et Numérique.

Le but de l’événement ? Relier des acteurs et entreprises du digital et des demandeurs d’emplois invalides. Parmi les entreprises à avoir répondu présentes : Orange ; Néosoft, Altran… Du côté des organismes de formations, on retrouve notamment l’Université de Rennes 1 et la faculté des métiers. Le rendez-vous est organisé dans le cadre du printemps du numérique.

Le numérique en essor

Cécile Tessier, chargée d’étude et de développement chez Agefiph (Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées), s’occupe de l’organisation de ce rendez-vous. Pourquoi privilégier le domaine du numérique ? Elle explique : « ce secteur recrute fortement. Il y a de nouveaux métiers qui émergent, il y a des besoins. »

Pour cette 4e édition, plus d’une centaine de personnes en situation de handicap et en recherche d’emploi se sont inscrites. Un chiffre en hausse par rapport aux années précédentes, et qu’elle espère voir monter encore lors des prochaines éditions : « Trop souvent, les gens ne savent pas qu’ils ont leur chance ! » 

Parmi les participants, Aurore Lamotte. Elle se balade avec ses CV sous le bras. La jeune femme est en reconversion professionnelle. Elle raconte : « Je travaillais dans la musique auparavant. » Elle a un handicap de naissance, un problème de circulation sanguine l’empêche de rester longtemps avec le bras levé. Au bout de trois ans, son travail de professeure de musique devient insoutenable : « Au bout d’un moment, le corps dit stop ! » souffle la jeune femme.

Nouvel objectif pour la Rennaise : trouver une alternance dans le numérique.

« Il y a du boulot ! »

Parmi les missions de la rencontre Handicap et Numérique : donner la parole à des travailleurs handicapés, qui ont déjà entamé une reconversion dans ce secteur.

C’est le cas de Germain Bouvron. S’il est venu ce matin, c’est pour livrer son témoignage. Il raconte : « je suis actuellement en reconversion professionnelle suite à un licenciement pour inaptitude. »

Auparavant, il était technicien de maintenance industrielle. Une tendinite mal soignée lui fait perdre 50 % de l’efficacité de son bras gauche. Au travail, il ne peut plus suivre. Mais il ne se laisse pas abattre et se tourne vers une reconversion. « Je viens de rentrer à l’ENI (école informatique) en octobre, dans une formation pour devenir technicien en support informatique. J’ai toujours été attiré par ça, mais après mon bac, en 2002, le numérique n’était pas un secteur d’avenir. Aujourd’hui, il y a du boulot ! »

Une fois son alternance terminée, Germain Bouvron se verrait bien travailler dans la cyber-sécurité. L’homme de 34 ans sourit : « Quand on est motivés, on peut y arriver. »